11. Créations de modèles

Pour en revenir à mes créations de petites robes, après vous avoir montré ce que j’arrive à faire, et bien l’aventure continua au fil de cet été 2015 avec la créations de plusieurs petites robes que vous aurez le plaisir de pouvoir admirer, dans quelques mois, en octobre semble-t-il, dans un ouvrage sur lequel nous sommes en train de travailler. Mais pour l’instant, chuuut, c’est encore un peu un secret !

Le regard de Laura, sur chacune de ces petites robes, m’a poussée à faire ce que j’ai fait en décembre 2015, à savoir, proposer mon travail à une maison d’édition.

Je me suis dit que si ma propre fille de 5 ans et demi (cet été-là) paraissait sincèrement enthousiasmée devant ces créations, d’autres petites filles pourraient l’être aussi, pour le plus grand bonheur de leur maman…Et pour peu que les mamans soient adroites de leurs mains, alors mes patrons pourraient leur servir à émerveiller leur fillette…

Il suffira de choisir des tissus qui plaisent, pour lesquels on aura un coup de coeur, et après quelques heures de travail, une petite robe pourra alors habiller une Chérie qui en attend une… avec impatience !

 

Les yeux d’un enfant qui pétillent de bonheur, n’est ce pas ce qu’il y a de plus merveilleux quand on est maman? ❤

 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

En attendant de pouvoir vous montrer mes créations, j’insère quelques tenues faites pour Laura et son poupon Sayuri-chan, en février-mars 2011:

10. Patchwork : l’édredon

Après le patchwork japonais, en voici un qui me tient à coeur et qui n’est toujours pas fini ! Ce projet, je l’ai destiné à ma fille, afin de lui préparer un édredon bien douillé, pour les nuits fraîches, en Normandie !

Je l’ai commencé alors qu’elle n’était  pas encore née et j’avance petit à petit, entre broderies, canevas, créations de robes, dessins, jardinage,…et tant d’autres choses, selon l’inspiration du moment; et surtout, selon le temps qu’il me reste de libre entre mon travail et les tâches quotidiennes à accomplir lorsqu’on est maman et que l’on a une maison à entretenir…

                                                             -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Découpage et assemblages des différents blocs:

Broderie au point de croix des initiales:

DSC00492 (2)

Assemblage des différents éléments pour former le top de l’édredon, puis pose sur le molleton central et sur la doublure:DSC00503 (2)

Dessin pour le quilting:

DSC00495 (2)

DSC00496 (2)

Finition, à la main, de la doublure et du quilting  tout autour:WP_003305

Et aujourd’hui, j’en suis là, à quilter à la main tout autour des personnages brodés à la machine :

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

9. Le Japon, source d’inspiration…

Je vous ai parlé de patchwork typiquement japonais, eh bien voici quelques unes de mes créations faites avec principalement des tissus japonais d’après des patrons tirés de revues japonaises ou bien de livres japonais sur le patchwork..

  • le sac à tissus :
  • le sac à pain:
  • trousses pour le maquillage entre autre:
  • trousse pour le soleil :
  • carnet de santé pour ma puce :
  • protection dictionnaire électronique :
  • protection plaque de cuisson: 20150810_161913 20150810_162049
  • petite nappe ronde: 20150730_123145
  • étui à lunettes:20150729_115608

    Voilà donc quelques unes de mes oeuvres…

 

8. L’aventure commence…

Et voilà, c’est parti… avec l’aide de Laura, bien sûr, qui a bien voulu me prêter une de ses poupées, dans l’espoir d’avoir de nouvelles robes pour Sayuri et Mélanie, ses deux Chéries !

Elle m’a gentiment prêté Sayuri, la Chérie asiatique, cette poupée étant mon coup de coeur…

Et me voilà en train d’essayer de dessiner un patron pour Sayuri. Après plusieurs essais, il faut le dire, je trouvais quelque chose qui me semblait convenir…

La poupée en main, le patron dans l’autre, je partis dans mon stock de tissus japonais, vu les origines certaines de Sayuri et ma passion pour le Japon ainsi que le patchwork japonais dont je suis une fan incontestable (grâce à Yoko Saito, Reiko Kato entre autre) et que je pratique également; je partis donc, pour trouver la perle rare, le « Fat Quarter » adéquat qui correspondrait au patron dessiné et surtout au teint de la poupée.

Un Fat Quarter est un quart (comme le nom le suggère) d’un mètre de tissu, et mesure 50 x 55 cm (18″ x 21″) approximativement. Les Fat Quarters sont très prisés pour confectionner divers travaux de patchwork.

Et cette robe fut la première réussie pour Sayuri…