Ode au printemps (2)

Pour celles qui auraient du mal en anglais, je vous propose une traduction du poème de Stevenson que j’ai cité hier soir:

Flower God, God Of The Spring 

Flower god, god of the spring, beautiful, bountiful,
Cold-dyed  shield in the sky, lover of versicles,
Here I wander in April
Cold, grey-headed; and still to my
Heart, Spring comes with a bound, Spring the deliverer,
Spring, song-leader in woods, chorally resonant;
Spring, flower-planter in meadows,
Child-conductor in willowy
Fields deep dotted with bloom, daisies and crocuses:
Here that child from his heart drinks of eternity:
O child, happy are children!
She still smiles on their innocence,
She, dear mother in God, fostering violets,
Fills earth full of her scents, voices and violins:
Thus one cunning in music
Wakes old chords in the memory:
Thus fair earth in the Spring leads her performances.
One more touch of the bow, smell of the virginal
Green – one more, and my bosom
Feels new life with an ecstasy. 

Robert Louis Stevenson

20170325_180532
Lily Rose

 

Attention toutefois, cela n’est que mon interprétation, avec sûrement quelques maladresses, veuillez m’en excusez; mais cela vous donnera une idée, même si cela ne rendra jamais la beauté du texte original…

 

Fleurissez Dieu, Dieu du printemps

Fleurissez Dieu, Dieu du printemps, beau, abondant,

Atmosphère teintée de froid dans le ciel, amoureux de versets,

Ici j’erre en avril

Froid, parsemé de grisaille ; et toujours à mon

Cœur, le printemps arrive d’un bond, le printemps sauveur,

Le printemps, leader de chants dans les bois, résonnants en chœur;

Le printemps, à l’origine de fleurs dans les prés,

Attirant l’enfant dans les champs profondément parsemés de fleurs, pâquerettes et crocus :

Ici, cet enfant abreuve son coeur de l’éternelle beauté :

Ô enfant, heureux sont les enfants !

Elle sourit toujours de leur innocence,

Elle, dame Nature, favorisant les violettes,

Emplit la terre pleinement de ses parfums, voix et violons :

Ainsi celui qui est ingénieux en musique,

Réveille de vieux accords passés ;

Ainsi la terre, fidèle au printemps, mène ses performances.

Une révérence supplémentaire, la senteur du

Vert immaculé de nouveau – et une fois de plus, ma poitrine

Bondit de joie avec cette vie naissante.

robert-louis-stevenson-dapres-richmond-2005
Robert Louis Stevenson, un de mes dessins d’après Richmond, 2005

 

A bientôt ❤ !

2 réflexions sur “Ode au printemps (2)

    1. Merci beaucoup, Mimi-Pinson ❤ !
      J'adore Stevenson ! D'ailleurs, pourquoi l'aurais-je dessiné, n'est-ce pas 😉 ?!
      Je suis en train de rédiger un article qui va de pair avec le poème de Stevenson, j'ai fait un chapeau de saison pour Lily Rose, pour ses sorties printanières au milieu des fleurs…
      Bonne semaine également, Mimi-Pinson ! Et je n'ai pas oublié, j'ai pris des photos des filles dans le jardin pour un prochain article 😉 !
      Gros gros bisous ❤ !
      Joëlle.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s